Top 10 Index general Disques / ordre alphabetique Aléatoire Chansons -*-

Variete

CLAUDE NOUGARO





Grand angle I (Le jazz et la java)

23 mp3 sur 57,2 Mo : 1h, 2'17''

Type Sortie Acquisition
CD Compile 1990 1990
Une petite fille     02:08 
La chanson     01:46 
Ou   02:42 
Le rouge et le noir     02:15 
Le jazz et la java     02:26 
Chanson pour Marilyn     02:37 
Le paradis     02:37 
Les don juan     03:20 
Blanche neige     03:41 
Gratte moi la tete     02:38 
Les p'tits bruns et les grands blonds     01:58 
Le cinema     02:58 
Il y avait une ville     03:01 
Sensuel     03:30 
Cote d'azur   02:59 
Cecile ma fille     03:28 
Les mains d'une femme dans la farine     02:00 
Demain je chanterai   02:17 
Toutes les filles m'ont suivi     02:28 
Une bouteille à la mer     02:40 
Tu dormiras longtemps   02:37 
Schplaouch!     02:52 
Je suis sous     03:19 


Detail


 Debut 
Une petite fille 02:08
Un' petit' fille en pleurs

Dans une ville en pluie
Et moi qui cours après
Et moi qui cours après au milieu de la nuit
Mais qu'est-c'que j'lui ai fait ?
Une petite idiot' qui me joue la grande scène
De la femm' delaissee
Et qui veut me fair' croir' qu'elle va se noyer !
C'est d'quel cote la Seine ?
Mais qu'est-c'que j'lui ai fait ?
Mais qu'est-c' qui lui a pris ?
Mais qu'est-c' qu'elle' me reproche ?
Lorsque je l'ai trompee, ell' l'a jamais appris
C'est pas ell' qui s'approche ?
Tu m'aim's vraiment dis-moi
Tu m'aim's, tu m'aim's, tu m'aim's,
C'est tout ce qu'ell' sait dire
En bouffant, en m'rasant,
Quand je voudrais dormir
Faut lui dir' que je l'aime !

Un' petit' fille en pleurs dans une ville en pluie
Où est-ell' Nom de Dieu !
Elle a du remonter par la rue d'Rivoli
J'ai d'la flott' plein les yeux
Parc' qu'elle avait reve je ne sais quel amour
Absolu, eternel
Il faudrait ne penser, n'exister que pour elle
Chaque nuit, chaque jour
Voilà ce qu'elle voudrait. Seulement y a la vie
Seulement y a le temps
Et le moment fatal où le vilain mari
Tue le prince charmant
L'amour, son bel amour, il ne vaut pas bien cher
Contre un calendrier
Le batt'ment de son cœur, la douceur de sa chair...
Je les ai oublies.
Où donc est-ell' partie ?
Voilà qu'il pleut des cordes
Mon Dieu regardez-moi
Me voilà comme un con, place de la Concorde !
ca y est, je la vois
Attends-moi !
Attends-moi !
Je t'aime !
Je t'aime !
Je t'aime !
 Debut 

 Debut 
La chanson 01:46
Celle qui entre par une oreille

Trouve l'autre fermee
Et ressort par la bouche
La chanson

Celle qui fait sa place au soleil
Dans l'ombre de nos cœurs
Et que rien n'effarouche
La chanson

La chanson, celle qui a la vie brève
A peine a-t-elle fait la
La la qu'elle n'est plus là
La chanson

La chanson, la chanson, celle qui reve
De deplacer plus d'air
Que l'air de la Tosca
La chanson

La chanson, la chanson
L'oiseau-mouche perche
Sur le grand mur du son

Celle qui m'est revenue l'autre nuit
Mais celle qui la chantait
Elle ne reviendra plus
La chanson

Celle qui est incarnee sous la pluie
Par une Edith qui piaffe
A l'angle de la rue
La chanson

La chanson, celle qui est encore
Dans le corps d'un piano
Referme pour toujours
La chanson

La chanson, la chanson cousue d'or
Qui se paie des jardins
En gueulant dans les cours
La chanson

La chanson, la chanson, la chanson
Dont on croit connaitre la chanson
Mais non !
 Debut 

 Debut 
Le rouge et le noir 02:15
L'enseigne au neon

A rentree du
Bouge
Eclaire la chambre
Noir
D'une lueur
Rouge
Quand descend le
Soir
Et dans cette chambre
Rouge
Y a un grand type
Noir
Avec une fille
Rouge
En robe de soie
Noire

L'enseigne au neon
A l'entree du
Bouge
Eclaire la chambre
Noir
D'une lueur
Rouge
Couleur d'abat-
toir
Et dans cette chambre
Rouge
Y a le grand type
Noir
Qui boit du gin
Rouge
Comme un enton-
noir
Tandis qu'la fille
Rouge
Se remet du rouge
Noir

L'enseigne au neon
A l'entree du
Bouge
Eclaire le type
Noir
Qui s'met à rire
Rouge
Et s'ressert à
Boire
Tandis qu'la fille
Bouge
Ses hanches de soie
Noire
Au rythme d'un
Blues
Qui sort du bouge
Noir

L'enseigne au neon
A l'entree du
Bouge
Bat comme un cœur
Noir
Le type se fait tendre
Rouge
La fille dit- Non
Noir
- Qu'est-ce qui te prend ?
Rouge
Lui demande le
Noir
Qui voit soudain
Rouge
C'est parce que je suis
Noir ?
- Non, dit la fille
Rouge
C'est parce que t'es
Noir
 Debut 

 Debut 
Le jazz et la java 02:26
Quand le jazz est

Quand le jazz est là
La java s'en
La java s'en va
Il y a de l'orage dans l'air
Il y a de l'eau dans le gaz
Entre le jazz et la java

Chaque jour un peu plus
Y a le jazz qui s'installe
Alors la rage au cœur
La java fait la malle
Ses p'tit's fesses en bataille
Sous sa jupe fendue
Elle ecrase sa Gauloise
Et s'en va dans la rue

Quand le jazz est
Quand le jazz est là
La java s'en
La java s'en va
Il y a de l'orage dans l'air
Il y a de l'eau dans le gaz
Entre le jazz et la java

Quand j'ecoute beat
Un solo de batterie
V'là la java qui rale
Au nom de la patrie
Mais quand je crie bravo
A l'accordeoniste
C'est le jazz qui m'engueule
Me traitant de raciste

Quand le jazz est
Quand le jazz est là
La java s'en
La java s'en va
Il y a de l'orage dans l'air
Il y a de l'eau dans le gaz
Entre le jazz et la java

Pour moi jazz et java
C'est du pareil au meme
J'me saoule à la Bastille
Et m'noircis à Harlem
Pour moi jazz et java
Dans le fond c'est tout comme
Le jazz dit " Go men "
La java dit " Go hommes "

Quand le jazz est
Quand le jazz est là
La java s'en
La java s'en va
Il y a de l'orage dans l'air
Il y a de l'eau dans le gaz
Entre le jazz et la java

Jazz et java copains
ca doit pouvoir se faire
Pour qu'il en soit ainsi
Tiens, je partage en frère
Je donne au jazz mes pieds
Pour marquer son tempo
Et je donne à la java mes mains
Pour le bas de son dos
Et je donne à la java mes mains
Pour le bas de son dos
 Debut 

 Debut 
Chanson pour Marilyn 02:37
Marilyn, Marilyn


Quel est le film, le scenario
Qu'il te faut tourner de nouveau
Et dans quel neant s'illumine
Le neon de ton nom, Marilyn

Avais-tu donc le cœur si las
Que tu prefères l'au-delà
A l'eau si bleue de ta piscine
O Marilyn, Marilyn

Le talent paye à prix d'or
La beaute en technicolor
Et le soleil californien
Non, tout cela ne sert à rien
Quand on voit l'envers du decor

ca tourne mal, ca tourne court
Nos reves, nos joies, nos amours
L'espoir comme un vieux magazine
A glisse de tes doigts, Marilyn

Nos vies ne sont qu'un bout d'essai
Pour qui, pourquoi, Dieu seul le sait
Toi qui connais la fin du film
Dis Marilyn, est-ce un baiser

Dis Marilyn, est-ce un baiser ?
 Debut 

 Debut 
Le paradis 02:37
O Eve, Eve, mon petit

Te souviens-tu du paradis ?

Un Dieu nous y gavait d'oranges et de cerises
Mais une pomme un jour provoqua son courroux
Et nous voilà dehors, sans meme une valise
Sous l'orage et l'eclair, marchant droit devant nous

O Eve, Eve, mon petit
Te souviens-tu du paradis ?

On cherchait un abri sous l'orage qui cogne
Le ciel pleuvait des larmes, tu pleurais de la pluie
Pas l'ombre d'un palais, pas meme un hotel borgne
Allons donc chez le diable ! Il n'etait pas chez lui

O Eve, Eve, mon petit
Te souviens-tu du paradis ?

Des siècles ont passe et nous voici ce soir
Dans cette chambre obscure, sous un toit de Paris
Avec le paradis au fond de la memoire
Et des disques de jazz, au pied de notre lit

O Eve, Eve, mon petit
Te souviens-tu du paradis ?

Allons, viens près de moi, sans craindre de discorde
Le pommier de ton corps ne m'est plus interdit
Et si Dieu, de nouveau, defendait que j'y morde
Laisse-moi le chasser de notre paradis...
 Debut 

 Debut 
Les don juan 03:20
Ce qu'il faut dire de fadaises

Pour voir enfin du fond de son lit
Un soutien-gorge sur une chaise
Une paire de bas sur un tapis
Nous les coureurs impenitents
Nous les donjujus, nous les don Juan.

Mais chaque fois que l'on renifle
La piste fraiche du jupon
Pour un baiser, pour une gifle
Sans hesiter nous repartons
La main froleuse et l'œil luisant
Nous les donjujus, nous les don Juan.

Le seul problème qu'on se pose
C'est de separer en deux portions
Cinquante-cinq kilos de chair rose
De cinquante-cinq grammes de nylon
C'est pas toujours un jeu d'enfant
Pour un donjuju, pour un don Juan.

Le mannequin, la manucure
La dactylo, l'hotesse de l'air
Tout est bon pour notre pature
Que le fruit soit mur ou qu'il soit vert
Faut qu'on y croque à belles dents
Nous les donjujus, nous les don Juan.

Mais il arrive que le cœur s'accroche
Aux epines d'une jolie fleur
Ou qu'elle nous mette dans sa poche
Sous son mouchoir trempe de pleurs
C'est le danger le plus frequent
Pour un donjuju, pour un don Juan.

Nous les coureurs du tour de taille
Nous les gros croqueurs de souris
Il faut alors livrer bataille
Ou bien marcher vers la mairie
Au bras d'une belle-maman
Pauvres donjujus, pauvres don Juan

Nous tamiserons les lumières
Meme quand la mort viendra sonner
Et nous dirons notre prière
Sour un chapelet de grains de beaute
Et attendant le jugement
Nous les donjujus, nous les don Juan.
 Debut 

 Debut 
Blanche neige 03:41
Blanche-Neige je t'appelais, Blanche-Neige

Mais ton prince ne valait pas cher
Blanche-Neige je t'appelais, Blanche-Neige
Mais le conte de fees n'etait qu'un fait divers

Tu avais dix-huit ans, des yeux de ciel,
Un bonnet à pompon, un blouson et des moufles
Fallait avoir du flair, ne pas manquer de souffle
Pour renifler dans cet ourson le miel
Dans ton pays d'hermine, j'etais venu
Je t'avais apercue entre soleil et givre
La trace de tes pas etait facile à suivre
Ma faim de loup t'avait mise au menu

Blanche-Neige je t'appelais, Blanche-Neige
Mais le conte de fees n'etait qu'un fait divers

Chez moi, j'avais des buches, des blues, du rhum
Quand la dernière buche s'est ecroulee en braise
Tu as fondu ainsi qu'une glace à la fraise
Et dans ton premier corps je fus le premier homme...
J'ai quitte ton pays un matin froid
En laissant la buee de mon nom sur ta bouche
Mais depuis je rougis quand un flocon me touche
Je claque des dents devant un feu de bois

Blanche-Neige je t'appelais, Blanche-Neige
Mais ton prince ne valait pas cher
Blanche-Neige je t'appelais, Blanche-Neige
Mais le conte de fees n'etait qu'un fait divers
 Debut 

 Debut 
Les p'tits bruns et les grands blonds 01:58
Les p'tits bruns et les grands blonds

Quand ils sont entre garcons
Les p'tits bruns et les grands blonds
Rient comme des fous
Sont comme des frères
Mais quand se pointe un jupon
Les amities se defont
Les p'tits bruns et les grands blonds
Se font la gueule
Se font la guerre

Ils se disent en eux-memes
Dès qu'une beaute s'amène
Qui de nous prendra sa main
Le grand blond ou le petit brun
Le grand blond se rembrunit
Et le petit brun palit
Car ils se craignent chacun
Grand blond et petit brun

C'est très triste
Oui, très triste
Ce conflit qui eclate
Entre amis de naguère
Moi qui suis
C'que je suis
J'trouve que ca n'devrait pas etre permis

Les p'tits bruns et les grands blonds
Quand ils sont entre garcons
Les p'tits bruns et les grands blonds
Rient comme des fous
Sont comme des frères
Mais quand se pointe un jupon
Les amities se defont
Les p'tits bruns et les grands blonds
Se font la gueule
Se font la guerre

Le blond se dit en lui-meme:
"J'suis gagnant, y a pas d'problème
Car les filles c'est certain
Prefèrent les grands blonds aux p'tits bruns"
Tandis que le brun se dit:
"C'est d'accord je suis petit
Mais l'amour c'est mon rayon
Zero pour les grands blonds"

Et y a toujours une blonde
Qui choisit le petit brun
Une brune dans le monde
Que l'blond aimera demain
Ainsi finit la triste guerre
Ils se retrouvent entre garcons
Rient comme des fous
Sont comme des frères
Les petits bruns et les grands blonds.
 Debut 

 Debut 
Le cinema 02:58
Sur l'ecran noir de mes nuits blanches,

Moi je me fais du cinema
Sans pognon et sans camera,
Bardot peut partir en vacances:
Ma vedette, c'est toujours toi.

Pour te dire que je t'aime, rien à faire, je flanche:
J'ai du cœur mais pas d'estomac
C'est pourquoi je prends ma revanche
Sur l'ecran noir de mes nuits blanches
Où je me fais du cinema.

D'abord un gros plan sur tes hanches
Puis un travelling-panorama
Sur ta poitrine grand format,
Voilà comment mon film commence,
Souriant je m'avance vers toi.

Un mètre quatre-vingts, des biceps plein les manches,
Je crève l'ecran de mes nuits blanches
Où je me fais du cinema,
Te voilà dejà dans mes bras,
Le lit arrive en avalanche...

Sur l'ecran noir de mes nuits blanches,
Où je me fais du cinema,
Une fois, deux fois, dix fois, vingt fois
Je recommence la sequence
Où tu me tombes dans les bras...

Je tourne tous les soirs, y compris le dimanche,
Parfois on sonne; j'ouvre: c'est toi!
Vais-je te prendre par les hanches
Comme sur l'ecran de mes nuits blanches ?
Non: je te dis "comment ca va ?"

Et je t'emmène au cinema...
 Debut 

 Debut 
Il y avait une ville 03:01
Que se passe-t-il?

J'n'y comprends rien
Y avait une ville
Et y a plus rien

Je m'souviens que j'marchais
Que j'marchais dans une rue
Au milieu d'la cohue
Sous un joyeux soleil de mai
C'etait plein de couleurs
De mouvements et de bruits
Une fille m'a souri
Et je m'souviens que j'la suivais

Je la suivais
Sous le joyeux soleil de mai
Chemin faisant j'imaginais
Un mot gentil pour l'aborder
Et puis voici
Que dans le ciel bleu de midi
De plus en plus fort j'entendis
Comme arrivant de l'infini
Ce drole de bruit
Ce drole de bruit

Je m'souviens que les gens
S'arretèrent de marcher
Et d'un air etonne
Tout le monde a leve le nez
Vers le ciel angelique
Couleur de paradis
D'où sortait cette musique
Comme accordee sur l'infini

C'etait etrange
Est-ce qu'il allait neiger des anges
Les gens guettaient dans un melange
D'inquietude et d'amusement
Et brusquement
Il y eut un eclair aveuglant
Et dans un souffle incandescent
Les murs se mirent à trembler

Que s'est-il passe?
J'y comprends rien
Y avait une ville
Et y a plus rien

Y a plus rien qu'un desert
De gravats, de poussière
Qu'un silence à hurler
A la place où il y avait
Une ville qui battait
Comme un cœur prodigieux
Une fille dont les yeux
Etaient pleins du soleil de mai

Mon Dieu, mon Dieu
Faites que ce soit
Un mauvais reve
Reveillez-moi
Reveillez-moi
Reveillez-moi
 Debut 

 Debut 
Sensuel 03:30
Je me sens devenir sensuel

Quand je la vois s'avancant sure d'elle
Mes yeux se font caressants sur elle
Elle me met sens dessous dessus elle
Elle est trop belle
On devrait mettre la censure sur elle

Je me sens cent pour cent sensuel
Dès que je pose la main sur elle
Je ne veux pas d'autre manuel
Pour mon education sexuelle

Je me sens devenir sensuel
Quand je la vois s'avancant sure d'elle
Mes yeux se font caressants sur elle
Elle me met sens dessous dessus elle
Elle est trop belle
On devrait mettre la censure sur elle

Vaut mieux changer de disque
Car je le sais je risque
Qu'on me juge licencieux
Et meme libidineux

Et je vais passer pour un mec qui ne pense qu'à ca
Mais comme le jazz provoque la danse
Elle, elle provoque l'indecence
Devant ses lignes de statue
Craquent toutes les ligues de vertu
Et de plus en plus

Je me sens devenir sensuel
Quand je la vois s'avancant sure d'elle
Mes yeux se font caressants sur elle
Elle me met sens dessous dessus elle
Elle est trop belle
On devrait mettre la censure sur elle
 Debut 

 Debut 
Cecile ma fille 03:28
Elle voulait un enfant

Moi je n'en voulais pas
Mais il lui fut pourtant facile
Avec ses arguments
De te faire un papa
Cecile, ma fille

Quand son ventre fut rond
En riant aux eclats
Elle me dit: "Allons, jubile
Ce sera un garcon"
Et te voilà
Cecile, ma fille

Et te voilà et me voici, moi
Moi, j'ai trente ans, toi, six mois
On est nez à nez, les yeux dans les yeux
Quel est le plus etonne des deux?

Bien avant que je t'aie
De fill's j'en avais eues
Jouant mon cœur à... face ou pile
De la brune gagnee
A la blonde perdue
Cecile, ma fille

Et je sais que biento"t
Toi aussi tu auras
Des ide,es et puis des idylles
Des mots doux sur tes hauts
Et des mains sur tes bas
Cecile, ma fille

Moi, je t'attendrai toute la nuit
T'entendrai rentrer sans bruit
Mais au matin c'est moi qui rougirai
Devant tes yeux plus clairs que jamais

Que toujours on te touche
Comme moi maintenant
Comme mon souffle sur tes cils
Mon baiser sur ta bouche
Dans ton sommeil d'enfant
Ce,cile, ma fille
Cecile
 Debut 

 Debut 
Les mains d'une femme dans la farine 02:00
Mieux encore que dans la chambre j't'aime dans la cuisine

Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine
Quand tu fais la tarte aux pommes, poupee, tu es divine
Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine
Allez roule-moi, roule-moi la pate, ca me plait, ca m'emeut
Quand je vois voltiger les mains blanches de mon cordon bleu
Mieux encore que dans la chambre j't'aime dans la cuisine
Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine

Est-ce pour ta tarte ou ta pomme que je me lèche les babines ?
Rien n'est meilleur que les mains d'une femme dans la farine
Si ce n'est mes propres mains posees sur ta poitrine
Rien n'est plus doux que les mains d'une femme dans la farine
Oh ! c'est pas de la tarte, la patisserie ! Non, c'est pas du tout cuit
Faut l'ver la pate et cela exige beaucoup d'energie
A te voir ainsi je retrouve mon ame enfantine
Rien n'est plus pur que les mains d'une femme dans la farine
C'est comme si tu etais ma mère en meme temps qu'ma gamine
Rien n'est plus beau que les mains d'une femme dans la farine...
 Debut 

 Debut 
Schplaouch! 02:52
Schplaouch !

J'ai plonge dans la vie
En sortant de ma mère
J'ai plonge dans la vie
Comme dans l'eau de la mer

J'ai tousse, j'ai crache
J'ai gueule comme un ane:
"Au secours ! je me noie"
Personne n'a bronche
Ne m'a tendu de rame
De coquille de noix
Alors tant mieux, tant pis
J'ai appris à nager
Puisque c'etait mon role
Certains requins m'ont dit:
"On va pas te manger
Mais travaille ton crawl
Ce sera plus prudent"

J'ai plonge dans la vie
En sortant de ma mère
J'ai plonge dans la vie
Comme dans l'eau de la mer

Et depuis me voilà
Le bouillon sur le dos
Et buvant, c'est amer
Buvant ici et là
Trois grandes tasses d'eau
Pour un petit bol d'air
Il y a des sirènes
Quelquefois elles m'entrainent
Vers des fonds irises
Dans leurs bras je bascule
Mais pareils à des bulles
S'envolent nos baisers
De nouveau, je m'enfuis

J'ai plonge dans la vie
En sortant de ma mère
J'ai plonge dans la vie
Comme dans l'eau de la mer

Nageant dans un fauteuil
Des poissons argentes
Me croisent sur ma route
Ils me jettent un sale œil
Quand ils voient arriver
Mes cheveux sur leur soupe
A quoi ca sert ce bain ?
Surveille-t-on mon style ?
Je me mouille pourquoi ?
Me tendra-t-on la main
Sur un rivage d'ile
En me disant: "C'est toi
On t'attendait, fiston !"

J'ai plonge dans la vie
En sortant de ma mère
J'ai plonge dans la vie
J'ai plonge dans la mer
Schplaouch !
 Debut 

 Debut 
Je suis sous 03:19
Je suis sous, sous, sous

Sous ton balcon
Comme Romeo
Oh Oh Marie-Christine
Je reviens comme l'assassin
Sur les lieux de son crime
Mais notre amour n'est pas mort
Hein ? dis-moi que non

Depuis que l'on s'est quitte
Je te jure que j'ai bien change
Tu ne me reconnaitrais plus
Et d'abord je ne bois plus

Je suis rond, rond, rond
Ronge d'remords
J'suis un salaud
Oh Oh Marie-Christine
Je t'en prie encore une fois
Montre-toi magnanime
Donne-moi une chance encore
Dis ! recommencons

En moi il y a du bon aussi
Ne m'fais pas plus noir que j'suis !

J'suis bourre, bourre, bourre
De bonn's intentions
J'ai trouve du boulot
Oh Marie-Christine
C'est serieux, j'ai balance
Mon dictionnaire de rimes
Je n'ecris plus de chansons
Non ! J'travaille pour de bon

Mes copains que tu n'aimais pas
Maintenant ils rigolent sans moi
D'ailleurs je t'les ai amenes
Tu n'as qu'à leur demander

On est sous, sous, sous
Sous ton balcon
Comme Romeo
Oh Oh Marie-Christine
Ne fais pas la sourde oreille
A ce cri unanime
Je t'en supplie, mon tresor
Reponds ! Reponds !
Marie-Christine
Ne me laisse pas seul

Bon ! Puisque c'est ca
J'vais me saouler la gueule !
 Debut