Top 10 Index general Disques / ordre alphabetique Aléatoire Chansons -*-

Variete

CLAUDE NOUGARO





Grand angle III (Dansez sur moi)

16 mp3 sur 55,3 Mo : 1h, 0'17''

Type Sortie Acquisition
CD Compile 1990 1990
Dansez sur moi    (girl talk)   03:22 
Soeur ame (sister salvation)     02:49 
La neige     04:43 
Un grain de folie     02:24 
C'est Eddy     03:01 
C'est ca la vie     02:14 
Mater     03:11 
Maudit   02:00 
A Musset   02:44 
Sa maison   02:01 
La decharge     03:03 
Locomotive d'or     09:49 
Rue Saint-Denis     04:23 
MontParis     06:51 
Pommier de paradis     03:48 
Arme d'amour   03:54 


Detail


 Debut 
Dansez sur moi 03:22
(girl talk)
Dansez sur moi dansez sur moi

Le soir de vos fiancailles
Dansez dessus mes vers luisants
Comme un parquet de Versailles
Embrassez-vous, enlacez-vous
Ma voix vous montre la voie
La Voie lactee, la voie clarte
Où les pas ne pèsent pas
Dansez sur moi
Dansez sur moi
Dansez sur moi

Dansez sur moi dansez sur moi
Qui tourne comme un astre
Etrennez-vous, etreignez-vous
Pour que vos cœurs s'encastrent
Tel un tapis, tapis volant
Je me tapis sous vos pieds
C'est pour vous tous que sur mes doigts
La nuit je compte mes pieds
Dansez sur moi
Dansez sur moi
Dansez sur moi

Dansez sur moi dansez sur moi
Le soir de mes funerailles
Que la vie soit feu d'artifice
Et la mort un feu de paille
Un chant de cygne s'est eteint
Mais un autre a casse l'œuf
Sous un saphir en vrai saphir
Miroite mon sillon neuf
Dansez sur moi
Dansez sur moi
Dansez sur moi
 Debut 

 Debut 
Soeur ame (sister salvation) 02:49
Ma soeur ame, ma soeur

Amante religieuse
Je suis un noceur
Sois-moi misericordieuse

Emousse mes noirceurs
Au bain de ta voix
Fais-moi prendre l'ascenseur
Une ultime fois

Ne me descends qu'au dernier etage des etoiles
Là où les murs sont murs pour hisser les voiles

Nous y vivrons tous deux
Ambres de douceur
Sous la main de Dieu
Comme sous la main d'un masseur

Nous y vivrons tous deux
Scintillant de douceur
Sous la main de Dieu
Comme sous la main d'un masseur

Ma soeur ame
Ma soeur
 Debut 

 Debut 
La neige 04:43
Oh la neige! Regarde la neige qui tombe...

Cimetière enchante fait de legères tombes
Elle tombe la neige, silencieusement
De toute sa blancheur d'un noir eblouissant
La neige...

Les yeux les mieux ouverts sont encore des paupières
Et Dieu pour le prouver fait pleuvoir sa lumière
Sa lumière glacee, ardente cependant
Cœur de braise tendu dans une main d'argent
La neige...

Elle vient de si haut, la chaste damoiselle
Que sa forme voilee d'etoiles se constelle
Elle vient de si haut, cette sœur des sapins
Cette bombe lactee que lancent les gamins
Elle vient de si haut, la liquide etincelle
Au sommet de la terre elle brille eternelle
Brandissant son flambeau sur le pic et le roc
Comme la liberte dans le port de New York
La neige...

Meneuse de revue aux Folies-Stalingrad
Descendant l'escalier des degres centigrades
Empanachee de plumes, negresse en negatif
Elle dansait un ballet angelique, explosif
Pour le soldat givre, agrippe à son arme
Oeuf de sang congele dans un cristal de larmes
Elle danse la neige dans la nuit de Noel
Autour d'un tank brule qu'elle a pris pour chapelle
La neige

Tout de suite moisson, tout de suite hecatombe
Oh la neige! Regarde la neige qui tombe...
 Debut 

 Debut 
C'est Eddy 03:01
Hors de l'eau un orgue a surgi

C'est pas Nemo
C'est Eddy
A l'horizon l'orgue se hisse
Ho hisse et ho
C'est Louiss
Tandis qu'il y en a qui attendent le bus
Il glisse à bord de son ruisselant Nautilus
Puis replongeant vers des fonds ultra-uterins
Delicieux terrain
Il navigue loin
Près du port un orgue a jailli
C'est pas Nemo
C'est Eddy
Port tu m'as l'air crapuleux
Ton air libre n'est pas bleu
Mais trouble
Dans l'algue l'orgue est reparti
Rire et sanglot
C'est Eddy
Sous le plafond des flots, phosphorescent vitrail
Dans l'opalin palais d'eponge et de corail
Il improvise un Te Deum pour son public
Pour le Titanic
Ou bien Moby Dick
Par vagues d'assaut il mugit
Puis plus un mot
C'est Eddy
Ensuite il tousse une sèche
Sur le seuil du "Chat qui peche"
Eddy
Tout est dit
 Debut 

 Debut 
C'est ca la vie 02:14
Un vieil hotel dont les tuyaux crient

C'est ca la vie, c'est ca la vie
On y vend un sommeil hors de prix
C'est ca la vie, c'est ca la vie
On entend derrière les lambris
C'est ca la vie, c'est ca la vie
Des gens qui pleurent, des gens qui rient
C'est ca la vie, c'est ca la

Vi
tesse de croisière
Vi
cieuse tanière
Vi
sage angelique
Vi
père lubrique

L'hotel est plein comme un œuf pourri
C'est ca la vie, c'est ca la vie
Malgre le service mal appris
C'est ca la vie, c'est ca la vie
Les plus grands voyageurs de l'esprit
C'est ca la vie, c'est ca la vie
Y crèchent dans un profond mepris
C'est ca la vie, c'est ca la

Vi
laine compagne
Vi
olente campagne
Vi
ctoire decisive
Vi Vi Vi
vement qu'ca arrive!

Moi, je dessine sur les murs gris
C'est ca ma vie, c'est ca ma vie
Des mots, des monstres, des Jesus-Christ
C'est ca ma vie, c'est ca ma vie
Aujourd'hui je me crois le nombril
C'est ca ma vie, c'est ca ma vie
Demain, je me fais hara-kiri
C'est ca ma vie, c'est ca ma vie

C'est ca la vie, c'est ca la vie
Un vieil hotel dont les tuyaux crient
C'est ca la vie, c'est ca la
 Debut 

 Debut 
Mater 03:11
Je ne sais plus où j'en suis

De mes jours et de mes nuits
Aplati dans la poussière,
Je balbutie Terre, ma terre
Mon enfantine ronde,
Ma fumante soupière
Sur la nappe du monde...
Terre, ma terre
Mater Dolorosa
Qui te coiffais, l'hiver,
D'un grain de mimosa
Terre, pays des arbres buveurs de ciel!
Terre, grossesse à la taille d'arc-en-ciel!
Terre, sombre caveau de nos ossements!
Terre, cinema muet de notre tourment...

Je ne sais plus qui je suis
Je ne sais plus quoi je suis
Aplati dans la poussière,
Je balbutie Terre, ma terre,
Patrie predestinee
Dont les dieux meditèrent
La Mediterranee
Terre, ma terre
Mon bel astre innocent
Qui rit en solitaire
Et bave un peu de sang
Terre
Il ne sera pas dit, non, il ne,
Terre,
Il ne sera pas dit que tu m'en-
terres
A coup de cime ou bien de cime-
terre
Avant que je n'aie perce le mystère,
Le mystère au fond du puits
De mes jours et de mes nuits
Et balaye la poussière
Qui souille mon habit,
Mon organique habit qui m'habite!
Terre, ma terre,
O ma terre cherie,
Toi qui me fis des ailes à la bite!
Terre, panthère
Rayee comme le temps
D'apercevoir l'ether
Et de crier maman...
Je ne sais plus où j'en suis
De mes jours et de mes nuits
Aplati dans la poussière,
Je balbutie Terre, ma terre ...
 Debut 

 Debut 
Maudit 02:00
Quand elle rentrait

Et qu'elle me voyait peindre,
Près du poele
Peindre une autre toile,
Elle s'arretait,
Elle regardait
Mon pinceau etait pris
Dans un pastis de bleu
ca sentait le roussi
Je demandais: Il pleut?
Silence sepulcral
Alors je lui faisais
En me grattant le poil:
- Eh bien qu'est-ce que t'en dis?
- C'est pas très commercial
- Commercial, je m'en fous!
Mais toi, patate, pomme,
Qu'est-ce que t'en dis?
Elle repondait: -Moi, j'aime les hommes...
Ils sont tous maudits, maudits, maudits, maudits
Modi digliani
Alors entre la toile aveugle
Et le poele sourd,
On faisait l'amour
Et quand elle s'endormait
Dans son foie de velours,
Devant le nu,
Je commencais à peindre.
 Debut 

 Debut 
La decharge 03:03
Rois de la boue, Princes du fer

Seigneurs crados de la decharge
Puisque le ciel vous met en marge
Que règne la fete aux Enfers!
Rois de la boue, Princes du fer

Abreuvez-vous de vos deserts
Comme la Chine de son livre
Applaudissez l'horreur de vivre
Crachez le fruit, mangez le ver!
Rois de la boue, Princes du fer

Et foutez leur bonheur en l'air!
Votre palais c'est la baraque
Votre clarte c'est le cloaque
Vous n'avez pas assez souffert
Rois de la boue, Princes du fer

Dans la tourbe de votre chair
Il parait qu'il existe un ange
Un rayon perce sous la fange
Enfoncez-vous vers cet eclair
Rois de la boue, Princes du fer

Pour qu'au fin fond, le der des ders
Au fin fond de la Ville-Ordure
Brille la vie, la très très pure
Vie, Larme de l'univers
 Debut 

 Debut 
Locomotive d'or 09:49
Locomotive d'or,

Aussi riche en pistons,
Aussi chargee d'essieux
Que de siècles un sepulcre,
Locomotive d'or,
Croqueuse d'un charbon
Plus fruite, plus juteux
Que l'est la canne à sucre,
Locomotive d'or,
Tchi ki kou tchi ki kou
Sans un soupcon de suie,
Sans une ombre de lucre,
Tu me fis visiter
Tes Congo, tes Gabon
Tes Oubangui-Chari,
Et tes Cote-d'Ivoire,
Où de blancs elephants
M'aspergeaient de memoire,
Locomotive d'or
Tchi ki kou tchi ki kou
Locomotive d'or,
Ka kan ka kan ka kan

Je reluquais le rail,
Assis sur ma valoche
Et l'horloge vaquait
Dans l'espace vaquant
Le silence avouait
Quelque chose qui cloche
Quand soudain retentit
La clameur de Tarzan
Quand soudain j'entendis
Un autre son de cloche,
Tu arrivais enfin
Du fond du cœur du temps,
Tes plumes de vapeur
Sur ta face de tigre,
Tes faisceaux de sagaies,
Tes boucliers de cuivre
Locomotive d'or
Ka kan ka kan ka kan

Locomotive d'or,
De bondir à ton bord
Me donna meme joie
Qu'au sexe de la femme
Mon corps ne m'aidait plus
Qu'à survoler mon corps,
Ma chair devint esprit
Et mon ame tam-tam
Oui, oui, tam-tam d'ame,
Partout dedans! Dehors!
Et de toutes ses dents,
Succulente banane,
Kenny Clarke riait
Comme un enfant s'endort
Comme un enfant s'endort
Ayant vu un miracle,
Comme un enfant s'endort
Dans l'œuf aile de Paques
Dans l'amour tournoyant,
Locomotive d'or...

Tout le monde va descendre
Dans la gare divine,
Dans la gare divine
Le chef de gare est aime,
Dans la gare divine
La locomotive d'or
Va souffler
Comme un enfant s'endort
La locomotive d'or
Comme un enfant s'endort
La locomotive d'or...
 Debut 

 Debut 
Rue Saint-Denis 04:23
A minuit, je sucre des fraises

J'ai la feuille de vigne embrasee
Je me lève, je pèse mon pèze
Rue Saint-Denis, y a bon baiser

Pas besoin d'etre une sorcière
Pour avoir un manche à balai
J'en ai un qui me dit: - Poussière!
Tu iras où je veux aller

Il me nargue, il me tarabuste
M'enfournant dans ses reacteurs
Ce relatif petit arbuste
S'enracine au fond de mon cœur

Que designe-t-il cet index
Pointe toujours vers l'azimut
Comme si le ciel avait un sexe
Comme si Dieu meme etait en rut?

Alors à minuit, moi je mange
De la femme avec mon bec tendu
Oui, j'en venge comme on se venge
D'etre un ange trop mal foutu

D'avoir là, sous cette ceinture
Ah non! ca n'est pas elegant!
D'avoir là, qui dure, qui dure
Ce doigt borgne obsede de gant

A minuit, je mange de l'homme
C'est mon metier, c'est mon destin
C'est comme du sucre de pomme
C'est mon sentier, c'est mon festin

A minuit je mange du jouine
Et du vieil, et de l'entredous
Je suis une groigne, une fouine
Un, un, je les mangerai tous

A minuit, je mange mon fisse
Et mon père et le chancelier
Le sang tout blanc du malefice
A faim de se multiplier

Les hommes naissent sur les berges
Du val de morts, dans tous les choux
Rouges, dans le genou des vierges
Comme du ble, comme des fous...

Alors à minuit, moi je mange
De l'homme, je croque grandes dents
Je bouffe le ruban orange
Et les souvenirs obsedants

Je mange la tete et le foie
Le jeu, le crime, le devoir
J'ouvre bien ma gueule qu'on voie
Que dedans nul ciel n'est à voir
 Debut 

 Debut 
MontParis 06:51
A Lutèce voguant aux aurores de nacre

Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cite des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière eteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre epargna et que la paix massacre

Ton Pastis, je le bois dans tes pluies
Montparis
Ton azur, je m'y noie autour de mes nuits
Montparis
Jusque dans tes rats, tu sais que tu m'auras
Montparis
J'te promets, chiche que dans tes iles
J'vais te faire un Bresil
Parie!
L'aile de tes ponts inonde mon front
D'une encre d'esprit
Montparis
Meme quand le Pont-Neuf, pauvre Ravaillac
Descend Henri IV
J'aime ta chanson sur tes cents mille scènes
Montparis
Je t'aimerai avant que j'exhale
Ma dernière halle
Parie

De mon sud suant son soleil noir,
Tu m'aspirais, Paname
Auberge etoilee où s'attablaient
Les affames de flammes
Port etincelant, où debarquaient
Tous les marins de l'ame,
J'accourus vers toi, Paris!

Mes souliers sont en cuir de chaussette
Mes chaussette sont en laine de pieds nus
Mais c'etait pour mieux deguster
Et tater et teter
Ta peau Esie
Car, bien sur, je cherchais les poètes
C'est-à-dire ceux qui baisent avec les nues
Et c'etait ici que le grand vent de l'invention
Faisait valser les tetes
Paris

Jerusalem de l'intelligence
Doux murmure des jubilations
Je t'en prie
Oh je t'en prie, oui je t'en prie
Toi qui fus un grain de beaute du monde
Sois grain de bonte du monde
Parie
Au nom de tous ceux qui vivent
Dans le sandwich de tes rives
Ceux qui t'aiment et te salivent
Sans les mots pour qu'on l'ecrive,
Les Quasimodos qui claquent
Dans tes flics et dans tes flaques
Sonneront des cloches de Tour Eiffel...

A Lutèce voguant aux aurores de nacre
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cite des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière eteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre epargna et que la paix massacre

Vieille dame
elle gravit
l'escalier
en hissant
son mouron
vers son ile
canari...
 Debut 

 Debut 
Pommier de paradis 03:48
Il pousse à l'envers

Fleurit en hiver
Le pommier aux quatres pommes
S'enracine au ciel
Et murit au gel
Sa pomme à Noel la donne

La donne à un enfant
Qui marche avec son père
Le père est tout petit
Et l'enfant très très grand
Alors mangeant la pomme
Que lui tend son enfant
Papa grandit, grandit
Jusqu'au sommet des branches
Jusqu'au bout de l'etoile
Où la nuit attend l'homme
Pommier de paradis
Sapin qui fait des pommes

Il pousse à l'envers
Fleurit en hiver
Le pommier aux quatres pommes
S'enracine au ciel
Et murit au gel
Sa pomme à Noel la donne.
 Debut 

 Debut 
Arme d'amour 03:54
Un jour, un jour, c'est sur

Reviendra le jour pur
L'immense jour d'avant le Temps
Le couple moribond
Se lèvera d'un bond
Arme d'amour jusqu'aux dents

Mon bras c'est ton collier et tes doigts sont mes bagues
Tu es ma parure, je suis ton joyau
Mes orteils de soleil marchent sur tes vagues
Tu es ma pature jusqu'au fond du boyau
Tu m'eclates de paix, je t'eclaire de rires
En dansant devant toi la nuit de Walpurgis
Puis je bois dans ton cou comme font les vampires
Melangeant savamment nos vices à nos lis

Un jour, un jour, c'est sur
Reviendra le jour pur
L'immense jour d'avant le Temps
Alors la femme et l'homme
Retrouveront la pomme
Sans la morsure dedans

Je me courbe vers toi ma tremblante statue
Le miel de mille ciels ruisselle de tes cils
Qu'une ombre te traverse aussitot je la tue
Que mon chant soit bloque tu en denoues le fil
Calmement tu t'endors quand je pars pour mes guerres
Le casque de mon front pour tout arsenal
Je pars saigner de l'eau sous le feu des mystères
Une etoile de mer me fera general

Un jour, un jour, c'est sur
Eeviendra le jour pur
L'immense jour d'avant le Temps
Et l'on verra l'enfant
Que plus rien ne defend
Etre berce par Satan

Cet enfant surgira d'un silence de perle
De nos vies echangees dans un eclair d'azur
Et le noir aujourd'hui et l'effroi qui deferlent
S'enfuiront à jamais poursuivis par les murs
Les murs d'une maison qui se nomme le monde
Ouverte à tous les vents fredonnant des oiseaux
Il renaitra de nous, ma brune à l'ame blonde
Et la mort plus jamais ne fera de vieux os

Un jour, un jour, c'est sur
Reviendra le jour pur
L'immense jour d'avant le Temps,
Le couple moribond
Se lèvera d'un bond
Arme d'amour jusqu'aux dents.
 Debut